La vague parfaite est artificielle et elle vous est offerte par Kelly Slater


Actualité, Evenements, Sur l'eau / mardi, mai 1st, 2018

Dans son Surf Ranch, Kelly Slater a travaillé sur un projet fou : recréer artificiellement la vague parfaite. Résultat, une vague de trente secondes qui intéresse fortement les organisateurs de compétitions, notamment pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020, durant lesquels le surf fera ses premiers pas de discipline olympique.

Une vague pour maîtriser les aléas de la nature

Tous les amateurs de surf le savent, le déroulement d’une compétition de surf est toujours très incertain parce qu’il est très largement lié aux caprices des éléments. Que ce soit la pluie, le froid, les rafales de vent ou, pire encore, le calme plat d’une mer sans vagues, tous les surfers professionnels et les organisateurs de compétitions ont connu l’angoisse de l’imprévu qui précède un événement de la communauté du surf.

Pour répondre à cette problématique et à ce besoin de maîtrise inhérent à toute organisation de compétitions, de nombreux surfers rêvaient, depuis quelques années, d’un bassin conçu pour créer à la demande des vagues identiques qui permettraient alors d’évaluer les compétences de chacun dans un même et seul environnement.

Les tentatives avaient été nombreuses durant ces dernières années, mais aucune n’avait convaincu la World Surf League (WSL) et elles avaient toutes été reléguées au rang d’attractions pour surfers débutants. Cependant, c’était sans compter sur Kelly Slater, onze fois champion du monde de surf, sobrement surnommé King Kelly, qui a réussi à créer une vague parfaite de trente secondes dans son Surf Ranch de Leemore.

Un dispositif unique

Jusque-là, toutes les tentatives de création de vague artificielles se contentaient d’un petit bassin qui permettait à peine d’apprendre aux débutants à surfer. Dès lors que vous saviez passer de la position allongée à la position debout sans chuter, le bassin ne vous permettez plus de progresser beaucoup.

En fin de compte, ce qui manquait le plus à ces bassins, c’était la taille. Celui que Kelly Slater utilise pour créer sa vague parfaite est long de 640 mètres ! Autant dire qu’il va être difficile d’en installer un dans toutes les communes de France. Pourtant, la taille du bassin est un élément essentiel de la création de la vague.

Effectivement, sur le côté du bassin, une énorme lame sert à créer la vague et remonte ensuite les 640 mètres du bassin. Ainsi, en emportant l’eau avec elle, elle crée une vague qui peut atteindre les deux mètres et permet au surfer de la rider pendant 30 secondes. Un procédé simple, mais unique qui crée des vagues parfaites sur demande.

Un concept racheté par la WSL

L’innovation développée par King Kelly a immédiatement connu un très grand succès. Une vague parfaite, disponible trente secondes renouvelables à l’infini, ce n’est ni plus ni moins que le rêve de tous les surfers du monde.

Résultat, les champions et les grands noms du surf ont été nombreux à se précipiter au Surf Ranch de Kelly Slater pour essayer cette vague dont ils avaient si longtemps rêvé. C’est le cas de Bethany Hamilton et de Gerry Lopez qui ont tous les deux été séduits et ont déclaré y avoir trouvé le futur du surf professionnel.

Kelly Slater, lui, n’est pas certain d’avoir inventé le futur du surf, mais il est heureux d’y participer. En attendant, son invention a été achetée par la World Surf League qui compte bien s’en servir pour faciliter l’organisation de ses compétitions. D’ailleurs, la première compétition estampillée WSL utilisant la vague de Kelly Slater a eu lieu début mai, dans le ranch de King Kelly lui-même, à 160km de l’océan le plus proche.

La vague parfaite est idéale pour les compétitions

Comme nous l’avons répété plusieurs fois, l’immense avantage d’une vague générée artificiellement, c’est qu’elle permet aux organisateurs de compétitions de se soustraire aux aléas des conditions climatiques locales. Peu importe le temps et l’état de la mer, vous pouvez avoir la vague de vos rêves sur commande. Même la pluie et le froid ne sont plus des problèmes si le bassin est construit en intérieur

La vague parfaite créée par Kelly Slater arrive à un moment idéal pour la WSL, qui s’est empressée de racheter le concept et d’organiser les premières compétitions sur vague artificielle, parce qu’elle espère bien pouvoir utiliser cette technique lors des Jeux Olympiques de Tokyo qui auront lieu en 2020.

Effectivement, cette édition des Jeux Olympiques représente un enjeu particulièrement important pour la WSL puisque ce sera la première fois que le surf y sera présenté comme une discipline olympique. Cette vague artificielle facilitera aussi le travail des organisateurs des Jeux puisqu’elle facilite également l’évaluation des sportifs qui surfent désormais tous dans les mêmes conditions.

Le futur du surf

Tout comme King Kelly, nous ne pouvons pas être certains que la vague artificielle sera le futur du surf professionnel. En tous cas, elle aidera à dessiner l’avenir de la compétition de surf même si, comme ne cesse de le répéter le champion du monde, rien ne remplacera jamais l’océan, ses hasards et ses aléas avec lesquels il faut apprendre à surfer pour devenir un champion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *